fbpx

Le Story Telling – Savoir Raconter

Raconter une histoire, c’est savoir capter l’attention dans un monde bruyant et saturé.
Ceux qui le font bien sont écoutés, convaincants, créent des communautés sur internet…
C’est une technique qui s’apprend, se travaille, depuis chez vous.

Steve Jobs, raconter une histoire et story telling

Vous connaissez ces conférences TED X avec ces intervenants qui nous captivent.Ils vous racontent une histoire. Une histoire, c’est avant tout personnel, ça part de l’émotion. Puis vient la structure et la technique.

Je rêvais d’être le guitariste de Led Zeppelin. Je suis rentré dans un studio à vingt ans. A vingt et un an, j’enregistrais le premier album d’Indochine. Puis j’ai voulu être compositeur. J’ai écrit cent heures de musique pour la télévision et le cinéma. À quarante ans, j’ai décidé d’apprendre à devenir chuchoteur, l’homme qui murmure à l’oreille des chevaux. On m’a interviewé dans Cheval Magasine avec ma photo en double page. J’ai créé deux entreprises, une association.

Est-ce que j’étais doué au départ ? Non, pas du tout. Ni à l’école, ni en musique, ni avec les chevaux, encore moins en business. Mais j’aime apprendre.

Tout est possible si ça peut s’enseigner.

C’est ce que je veux vous transmettre dans mon organisme de formation. Vous pouvez raconter des histoires captivantes. Il suffit de vous laisser guider et de monter les marches une à une. Dans le film « Man on fire », Denzel Washington dit une phrase fantastique : « Il n’y a pas les bons et les mauvais. Il y a ceux qui sont entrainés et ceux qui ne le sont pas. » C’est notre conviction chez Studio Capitale Enseignement.

Le rôle du formateur

Notre seconde croyance, c’est qu’un formateur n’est pas là pour vous transmettre un savoir. C’est le rôle des livres et des tutoriels. Un professeur, c’est quelqu’un qui analyse finement où vous en êtes et vous fait travailler juste un peu au dessus de votre zone de confort mais pas trop. Il a la mission de vous donner un retour critique qui vous permet de progresser par vos erreurs. C’est ce qu’on appelle parfois un coach.

Comment fait-on ça ?

Nous avons commencé par enseigner le scénario, puis la BD, puis l’écriture de roman. Nos élèves avaient souvent fait des formations avant mais avec nous, ils gagnaient des concours. Puis nous avons réalisé que toutes ces formes d’écriture ont ce socle commun de raconter une histoire. C’est la clé. La seule clé.

L’étape d’après a été de faire cette formation en ligne. Parce qu’en ligne c’est beaucoup mieux que sur place. Je ne parle pas de MOOC ou de Elearning. Surtout pas. Je parle de classe virtuelle, en vidéo conférence. (Nous utilisons Zoom.us qui est un skype en beaucoup mieux) Face à son écran, il n’y a plus de distraction. On atteint la concentration totale et l’efficacité optimum. Etre en ligne change complètement le rapport à l’intervenant qui n’est plus dans la pièce mais dans l’image.

Nous avons parfois des séances avec des auteurs de plusieurs pays en même temps.Plus de barrière, plus de distance, le cours se passe partout et chez vous.

Tout est gratuit

Non, bien sûr que non. Mais tous les savoirs sont gratuits. Il n’y a pas de ressources privées ou confidentielles chez nous, tout est libre. (Je sais, ça surprend parfois) Car nous ne sommes pas là pour vous vendre de la connaissance mais pour vous faire progresser.

C’est alors que la statue de Benjamin Franklin se met à parler d’une voix très caverneuse :

STATUE DE BENJAMIN FRANKLIN

(avec un effet d’écho)

Tu me dis, j’oublie…

Tu m’enseignes, je me souviens…

Tu m’impliques, j’apprends… 

FIN

Laissez votre réponse

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.