Les genres

Il ne s’agit pas ici des genres au sens commun, comme western, guerre, comédie, etc.

Nous parlons d’un fonctionnement scénaristique.

Alors, la connaissance des genres devient un outil pour optimiser le scénario en fonction des codes que l’on déduit des grands succès de référence.

Un scénariste, un réalisateur, est bon quand il connait parfaitement les codes et les références que le public attend.

C’est en étudiant des dizaines de films et en y reconnaissant les genres que l’on devient analytique, exigeant et talentueux, à la façon d’un Steven Spielberg par exemple.

 

La liste des genres :

Amour.

Amour romantique ou amour entre pote, (arme fatale, Starsky et Hutch, E.T.)

Les trois éléments de l’amour sont :

  1. Un héros incomplet à qui il manque quelque chose de physique, éthique ou spirituel. Il a besoin de quelqu’un d’autre pour être équilibré.
  2. Un partenaire qui apporte cet élément d’équilibre et a les qualités dont le héros a besoin.
  3. Une complication. Comme un malentendu d’un point de vue personnel ou éthique (arme fatale), évènement épique historique (E.T.) ou le désaccord de la société (Roméo et Juliette).

Un type avec un problème

Les trois éléments du type avec un problème :

  1. Un héros innocent est embarqué dans une embrouille sans le vouloir — ou sans savoir comment ça lui est arrivé.
  2. Un événement soudain qui pousse notre héros dans le monde de la souffrance— et cela lui arrive sans avertissement.
  3. Un moment entre la vie et la mort et la survie d’un individu, d’une famille, d’un groupe ou d’une société est remise en question.

Le triomphe de l’ignorant

Les trois éléments du triomphe de l’ignorant :

  1. Un héros naïf et ignorant pour lequel l’innocence est la force principale et dont le comportement délicat fait qu’il a des chances d’être négligé.
  2. Une institution, les personnes ou le groupe qui s’opposent au héros. Cela se fait soit dans son environnement, soit après qu’il soit envoyé dans un nouvel endroit qui ne lui correspond pas— tout du moins pas au début.
  3. Une transformation pendant laquelle le héros devient quelqu’un ou quelque chose de nouveau— cela comprend souvent un changement de nom qui est adopté soit par accident, soit pour se cacher.

La toison d’or

Les trois éléments de la toison d’or :

  1. Un chemin qui traverse des océans, le temps, ou simplement la rue, du moment qu’on observe une croissance personnelle du héros. Cela comprend souvent un obstacle qui empêche le héros de continuer sur sa trajectoire.
  2. Une équipe ou un ami qui accompagne l’héros dans son voyage. Généralement, ils ont les qualités que le héros n’a pas: compétence, expérience, ou attitude.
  3. Une récompense qui est sollicitée et qui représente quelque chose d’essentiel: rentrer chez soit, trouver un trésor, reconquérir son droit d’aînesse.

Film d’institution

Les trois éléments des films d’institution:

  1. Chaque intrigue dans cette catégorie concerne un groupe— une famille, une organisation, ou un entreprise qui est unique.
  2. L’intrigue est un choix, le conflit permanent entre un “Brando” ou un “Naif” avec les règles du groupe.
  3. Enfin, un sacrifice doit être fait ce qui enclenche trois fins possibles: rejoindre le “système”, le détruire, ou … se “suicider”.

Le monstre dans la maison

Les trois éléments du monstre dans la maison :

  1. Un monstre qui a des pouvoirs surhumains— même si sa force provient de sa folie— et qui est profondément méchant.
  2. Une maison, c’est-à-dire un espace clos, ce qui peut inclure une maison familiale, une ville entière, ou même le “monde”.
  3. Un péché. Quelqu’un est coupable d’avoir amené le monstre dans la maison… un acte qui peut être dû à l’ignorance du coupable.

Hors bocal

Les trois éléments du hors bocal :

  1. Un souhait qui provient du héros ou d’un autre, et le besoin évident pour le personnage de sortir de l’ordinaire.
  2. Un sort, qui doit rester logique en étant cohérent avec « Les règles”.
  3. Une leçon: Méfiez-vous de ce que vous souhaitez ! C’est le thème récurrent dans les films hors bocal. La vie est belle comme elle l’est.

Rite de passage

Les trois éléments du rite de passage:

  1. Un problème de vie: de la puberté à la mort — ce sont les passages universels de la vie que nous comprenons.
  2. Une mauvaise façon d’attaquer le problème mystérieux, souvent c’est un moyen d’éviter de confronter la douleur.
  3. Une solution qui comprend l’acceptation d’une vérité difficile avec laquelle le héros se bat, ainsi que la compréhension que le héros doit changer, et pas le monde autour de lui.

Superhéros

Les trois éléments du superhéros :

  1. Le héros de votre histoire doit avoir un pouvoir surnaturel— même si c’est juste l’envie d’être admirable ou de faire du bien.
  2. Le héros doit être confronté à un ennemi aussi puissant ou plus puissant que lui, et qui est la version “self-made” du héros.
  3. Il faut qu’il y ait une malédiction qui touche le héros, qu’il réussisse à surmonter ou à laquelle il succombe.

Mystère

Les trois éléments de mystère :

  1. Le détective ne change pas— c’est nous qui changeons. Pourtant, il peut être n’importe quelle sorte de détective— du pro à l’amateur à l’imaginaire.
  2. Le secret de cette affaire est si importante que cela dépasse les attraits de l’argent, du sexe, le pouvoir, ou la notoriété. Nous avons besoin de le découvrir. Le héros aussi en a besoin.
  3. Enfin, le mauvais tournant montre qu’à travers la poursuite du secret, le détective va dévier des règles, notamment de ses propres principes— souvent des règles qu’il suit depuis des années pour se sentir en sécurité. Mais le besoin de connaitre le secret est trop important.

Laissez votre réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.